Pour la majorité des acquisitions, les emprises foncières sont souvent bâties, parfois occupées. Les interventions de l’EPF Ile-de-France doivent composer avec tout ou partie de ce qui existe, tout au long du portage. C’est dans ce cadre que l’ensemble des biens acquis font l’objet d’une gestion dynamique

En raison de leur passé industriel, de nombreux sites de production sont arrêtés ou en voie de l’être et deviennent des « opportunités foncières » pour permettre aux collectivités locales de redessiner une partie de leur tissu urbain. L’EPF Île-de-France accompagne la stratégie des collectivités en évitant en amont les prises de position foncières des différents opérateurs.
L’Établissement Public Foncier permet de réconcilier les attentes des propriétaires privés, qui souhaitent rapidement valoriser leurs terrains, et celles de la collectivité, qui doit disposer du temps nécessaire à la concertation pour son projet urbain et à une révision des droits du sol lorsqu’elle est nécessaire.

Si dans le cadre d’une évolution du plan local d’urbanisme, la mutation administrative d’une parcelle industrielle en zone résidentielle peut multiplier sa valeur dans des proportions importantes, le coût de transformation (dépollution et démolition) et le temps de transformation (plan de trésorerie) dépassent parfois le prix du terrain.

À la différence des intermédiaires privés, l’EPF Ile-de-France prend le risque de l’urbanisme. L’acquisition est réalisée sans conditions suspensives et la cession sans percevoir ni marge, ni rémunération, ce qui permet d’élargir le spectre des fonciers valorisables.

Si les grandes emprises sont déjà identifiées, il est également possible d’intervenir plus finement, par remembrement de parcelles, y compris pour y attirer de nouvelles activités économiques et des emplois.

Requalifications de zones et de batiments