« Développer encore notre présence auprès des collectivités de toutes tailles. »


Gilles Bouvelot

Gilles BOUVELOT

Directeur général

 

2017 est une année historique, Comment s’annonce 2018 ?

2017 est en effet une année record : d’abord par le volume de fonciers que nous avons cédés, qui représentent 6 300 logements dont 45 % de logements sociaux. Plus de 250 000 m² de locaux d’activités, industriels ou tertiaires verront également le jour sur ces terrains, puisque, il faut le rappeler, le soutien au développement économique est la deuxième priorité de notre Établissement avec le logement. Saluons les 56 promoteurs et bailleurs sociaux, et les 13 aménageurs qui ont été et sont nos partenaires sur ces projets. 2017 a aussi vu dans la même proportion la croissance de nos acquisitions, avec notamment le site emblématique de PSA à Aulnay-sous-Bois, qui sera le théâtre de la plus grande opération d’aménagement de la décennie. Et puis, ce sont 20 nouvelles collectivités qui nous ont rejoints en 2017, portant leur nombre à 385.

Mais nous voulons aller plus loin en 2018 avec l’AMIF, l’Association des Maires d’Ile-de-France : nous avons engagé un travail de fond qui vise à développer encore notre présence auprès des collectivités de toutes tailles, des territoires les plus centraux jusqu’aux bourgs et villages qui méritent tous notre attention.

Nous contribuons au choc d’offre, si nécessaire, pour répondre aux besoins de nos concitoyens, et nous le ferons encore davantage en 2018, puisque notre Conseil d’Administration a voté, dans le budget, les moyens nécessaires pour aller au-delà même de la trajectoire déjà très ambitieuse de notre PPI, plan quinquennal adopté sous la présidence de Valérie Pécresse et Geoffroy Didier.

Mais au-delà des seuls chiffres, il faut rappeler que c’est dans l’accompagnement des grandes stratégies territoriales portées par ses mandants – l’État, la Région, les Départements, la Métropole –, que l’EPF Ile-de-France inscrit son action dans la durée. – Avec l’État auprès des communes carencées. – Avec la Région, notamment pour mobiliser le foncier disponible des lycées. – Avec la Métropole sur les lieux d’innovation des concours IMGP, les 14 sites de l’EPF IDF – sur les 55 du concours – portant près de la moitié de la programmation globale. – Avec les collectivités, en anticipation autour des gares du réseau du Grand Paris. – Sur les sites des futurs villages olympiques, athlètes et médias, dans un partenariat que nous menons avec Solideo. – Dans la lutte contre l’habitat indigne, qu’il s’agisse du phénomène de division pavillonnaire ou des copropriétés dégradées avec en particulier les deux ORCOD d’intérêt national de Clichy-sous-Bois et de Grigny.

Aujourd’hui, le terrain à bâtir est un terrain déjà bâti, un terrain d’occasion, en quelque sorte, et donc un EPF est un transformateur de foncier, tâche plus complexe, mais exaltante, aussi, car c’est la condition d’une ville mixte, et soutenable, au service de la vie quotidienne.
Les pages qui suivent ont pour objectif de permettre au lecteur de mesurer la variété de nos interventions, et au-delà, la richesse des politiques foncières publiques dont l’Établissement est le bras armé.