Lors du Conseil d’Administration qui s’est tenu le 15 mars 2019, sous la Présidence de Geoffroy Didier, Vice-Président du Conseil régional en charge de l’attractivité, du logement et de la rénovation urbaine, Gilles Bouvelot, Directeur général de l’EPF Ile-de-France, a présenté les principaux résultats pour l’année 2018 et la progression de l’activité sur les trois dernières années en avance de la feuille de route stratégique 2016-2020 (Plan Pluri annuel).

  1. Chiffres-clé2018 : Croissance soutenue pour la troisième année consécutive
  • Progression des cessions de plus de 10%
    • 67% à destination des promoteurs immobiliers et bailleurs sociaux, avec une part de logements sociaux dans les programmes réalisés de 45% et 70000 m² d’activités,
    • 33 % à destination des aménageurs, avec une part de logements sociaux dans les programmes réalisés de 29% et 310000 m² d’activités,
  • Des acquisitions foncières plus fortes qu’anticipé:
    • + 25% en valeur,
    • 440 M€ (570 actes).
  • Un portefeuille foncier qui reflète les principales mutations urbaines franciliennes des 10 ans à venir:
    • 739 Md€
    • 6 millions de m²,

 

  • Net renforcement du carnet de commandes (Portefeuille d’engagements avec les collectivités):
  • 9 Md€ d’engagements d’investissement sur l’ensemble de la région,
  • + 538 M€ en 2018 représentant un potentiel de 13000 logements et de 1.4 Mm² d’activité.

 

  1. Chiffres-clé 2016-2018: Des résultats en avance de la feuille de route stratégique

La feuille de route stratégique prévoyait une progression de 50% des cessions en 5 ans et de 25% des acquisitions

  • Cessions: + 33 % entre 2016 et 2018,
  • 18910 logements générés et 800 000 m² d’activité.
  • Acquisitions: Plus d’un milliard d’euros (1087 M€) d’investissement foncier déjà réalisé

Entre 2016 et 2018, l’accompagnement des communes carencées a été amélioré, plus de 2/3 d’entre elles sont désormais conventionnées avec l’EPF Ile-de-France pour leur permettre de répondre à leurs obligations.

Les prises de position foncières se sont accélérées dans le périmètre des gares du Grand Paris Express ; 8 communes sur 10, destinées à accueillir une gare du Grand Paris Express sont déjà partenaires de l’établissement. 6 conventions stratégiques avec des intercommunalités ont été signées pour répondre à leur montée en puissance.

  1. Une croissance vertueuse

 

Les terrains sont cédés au prix de revient sans répercuter les coûts de structure. Les interventions foncières contribuent à une meilleure maîtrise des prix et permettent la reconversion de friches foncières de grande ampleur.

Depuis 2007, l’Etablissement Public Foncier Ile-de-France a acquis 4,1 Md€ (acquisitions et dépenses liées) et cédé 2,35 Md€ de réserves foncières.

Par son activité de recyclage urbain, l’EPF Ile-de-France contribue à limiter l’extension urbaine et l’artificialisation des sols.

 

Pour Geoffroy Didier, Président du Conseil d’administration :

« Les résultats obtenus au cours des trois dernières années valident la pertinence de la stratégie foncière très offensive, initiée par Valérie Pécresse en 2016, et poursuivie sous ma présidence avec le soutien unanime de l’ensemble des administrateurs. Ils témoignent également de l’efficacité et de la force de l’engagement des équipes de l’EPF Ile-de-France au service de l’intérêt général. Nos résultats contribuent à faciliter et élargir les possibilités offertes aux franciliens dans leurs parcours résidentiels. »

 Pour Gilles Bouvelot, Directeur général de l’EPF Ile-de-France :

« La progression de notre activité est naturellement une fierté, puisqu’elle consacre nos efforts, et parce qu’elle constitue surtout une contribution à de meilleurs équilibres urbains, avec une part de logements sociaux de 42%. La mobilisation foncière est aujourd’hui protéiforme. Nos acquisitions de terrains sont le préalable de la réalisation des villages olympiques ou de l’urbanisation future autour des gares du Grand Paris Express.  Elles sont aussi une étape essentielle du redressement des copropriétés dégradées d’intérêt national, particulièrement délicates en raison de la nécessité de mise en œuvre d’un accompagnement social spécifique. »