L’EPF Île-de-France s’associe à la SEM Plaine Commune Développement afin de créer un véhicule de portage innovant, adapté aux problématiques de réserves foncières en tissu urbain, et qui permette d’anticiper l’accueil des projets.

L’EPF Île-de-France accompagne les élus bâtisseurs en portant, à court et à moyen terme, un foncier livré « clé en main » pour le logement et l’emploi des franciliens.

Mais il est aussi des sites éminemment stratégiques, notamment autour des gares du futur réseau du Grand Paris, qui imposent une intervention très en amont et un portage de long terme. Le Contrat de Développement Territorial de Plaine Commune est un de ces lieux stratégiques où une action anticipatrice au long cours est nécessaire.

L’EPF Île-de-France s’associe à la SEM Plaine Commune Développement afin de créer un véhicule de portage innovant, adapté aux problématiques de réserves foncières en tissu urbain, et qui permette d’anticiper l’accueil des projets.

Un modèle économique efficient

La foncière publique a pour vocation d’intervenir sur des tissus d’activité, grâce à un portage long, mobilisant des moyens importants, sur des biens pouvant dégager des revenus locatifs conséquents. La gestion du portage doit répondre à deux objectifs : la maximisation de l’occupation des biens et la limitation des coûts de libération.

Un périmètre d’intervention

C’est le périmètre du CDT « Territoire de la Culture et de la Création », signé le 22 janvier 2014, sur les 9 villes de Plaine Commune : Aubervilliers, Épinay-sur-Seine, L’Île-Saint-Denis, La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains et Villetaneuse : soit 408 000 habitants vivants sur 5 000 hectares, la moitié de la surface de Paris.

L’Assemblée Générale constitutive de la Foncière commune se tient le 3 février 2014.

Le capital social initial est fixé à 10 millions d’euros (85% est apporté par l’EPF Île-de-France et 15% par la SEM Plaine Commune Développement).

La rotation du stock foncier et l’effet de levier qu’autorise l’emprunt permettra de mobiliser sur la durée un gisement foncier d’au moins 100 millions d’euros.